La biosécurité numérique améliore les pratiques

La biosécurité est l’un des outils les plus puissants pour prévenir les maladies et s’y préparer, mais de nombreux facteurs ont un impact sur l’application des mesures de biosécurité. La numérisation de la biotechnologie facilite la surveillance en temps réel, ce qui permet de détecter immédiatement les atteintes à la biosécurité. Les données peuvent être facilement visualisées et peuvent être présentées aux employés afin de les conscientiser davantage et d’améliorer les pratiques.

Dans son rapport sur l’épizootie d’influenza aviaire hautement pathogène de 2022 en France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) note que malgré la mise en place de mesures strictes de biosécurité à la ferme, la moindre faille dans l’application des mesures de biosécurité quotidiennes et systématiques a pu suffire à permettre l’introduction du virus lorsque la faune sauvage est très infectée1.

 

La moindre faille dans l’application des mesures de biosécurité quotidiennes et systématiques a pu suffire à permettre l’introduction du virus.

 

Les violations de consignes sont très communes. Une étude sur les erreurs de biosécurité commises à l’entrée ou à la sortie des poulaillers a révélé, entre autres, que 79 % des visiteurs ne lavaient pas correctement leurs mains. Les visiteurs observés par vidéosurveillance ont commis en moyenne quatre erreurs de biosécurité par visite. Et ceux qui ont été observés plusieurs fois ont commis en moyenne six erreurs différentes en tout2.

Il n’en va pas autrement pour les maladies porcines. Une étude sur l’épizootie de diarrhée porcine épidémique de 2015 en Italie a révélé que les procédures de lavage et de désinfection des véhicules en place étaient efficaces dans seulement 54 % des camions testés3.

Que faire pour remédier à la situation? Un élément de la solution consiste à numériser la biosécurité afin que les propriétaires ou gestionnaires de ferme voient ce qui passe réellement sur leurs fermes. Une étude récente a démontré que les employés suivent davantage les consignes de biosécurité lorsque la biosécurité est numérisée4.

Dans le cadre de cette étude, une entreprise comptant 45 installations (42 fermes, un abattoir, une meunerie et une station de lavage de camions) a utilisé un logiciel de biosécurité pour enregistrer les visites de personnes et de véhicules. Les visites étaient automatiquement enregistrées par une application mobile (personnes) ou par les GPS de véhicules. Chaque fois qu’une visite était enregistrée, le logiciel déterminait si elle respectait les protocoles de biosécurité de l’entreprise, et l’agriculteur ou le gestionnaire de la ferme recevait une notification.

Les visites ou les allées et venues étaient classées en trois catégories :

  • Visites autorisées – les consignes de biosécurité étaient respectées et la visite a été autorisée
  • Visites refusées – les consignes de biosécurité n’étaient pas respectées et la visite a été refusée
  • Visites risquées – les consignes de biosécurité n’étaient pas respectées, mais la visite a été néanmoins autorisée

Pendant les 49 premiers jours suivant la mise en place du système, de nombreux visiteurs et camionneurs n’ont pas respecté les consignes de biosécurité. Après la 49e journée, le nombre de visites refusées s’est mis à baisser considérablement, puis à se stabiliser. Les chercheurs ont attribué la baisse importante de visites refusées à la numérisation de la biosécurité.

 

Grâce à la numérisation, les données pouvaient être visualisées, ce qui a entraîné un meilleur respect des consignes de biosécurité et un renforcement de la biosécurité.

 

Quelques semaines suivant l’instauration du système, des rencontres avec tous les types de visiteurs de fermes (personnel d’entretien, visiteurs, vétérinaires, camionneurs, etc.) ont été organisées pour leur montrer leurs propres données de visites et d’erreurs de biosécurité. Grâce à la numérisation, les données pouvaient être visualisées, ce qui a entraîné un meilleur respect des consignes de biosécurité et un renforcement de la biosécurité.

L’utilisation de la technologie pour surveiller constamment le respect des consignes de biosécurité rend les employés à la fois plus conscients de ce qu’ils font et plus consciencieux. Cela fait de la biosécurité numérique un puissant outil de protection contre les maladies pour les fermes et les entreprises. Apprenez comment Farm Health Guardian numérise la biosécurité et aide à améliorer le respect des consignes de biosécurité. Visitez www.farmhealthguardian.com.